Sur les ruines, une ville

DSC_0950

Vous parler de Athènes. Vous conter cette ville si hétéroclite et surprenante qui m’a laissé d’abord sans mot. Comment vous transmettre ce que j’y ai ressenti ? Athènes, ville millénaire retombée dans ses cendres ? Au contraire, est-elle en train de s’élever de nouveau ?

Lors de l’antiquité, deux fois par année, d’immenses jeux étaient organisés en l’honneur du dieu Dionysos. C’était un concours théâtral lors duquel se mesuraient trois auteurs pré-sélectionnés. Durant ces pièces, les acteurs portaient de multiples masques qui servaient à indiquer le sexe du personnage (seuls les hommes étaient autorisés à jouer), son rang ou simplement le sentiment dominant qui l’animera tout du long de la pièce. Des masques donc, qui varient sans cesse et qui sont fabriqués dans de multiples matières. Qu’en reste-t’il? Des représentations dans les musées et rien d’autre. Pourtant, la ville elle-même semble imprégnée de cette tradition: Athènes, ville aux multiples facettes, qui change de masque à chaque instant. Ville peuplée de ruines, de maisons colorées, d’immeubles fleuris ainsi que d’immenses tours en béton, tantôt délabrées, tantôt abandonnées voire jamais achevées. Une ville de ruines? Peut être, mais si vivante. Quelque chose bat, partout, dans chaque recoin, la ville est animée, mouvante.

Commencer par vous parler de mon séjour à Athènes semblait s’inscrire dans une logique inébranlable. La capitale de la Grèce représente aujourd’hui le reflet d’un des visages du pays, meurtri par la crise, qui pourtant semble toujours garder une dignité magnifique et intouchable.

Avant toute chose, je me suis demandée : comment la Grèce en est-elle arrivée à devoir faire face à une crise telle que celle qu’elle connait depuis 2009?

Athènes m’a donné envie de comprendre le pays tout entier: ce qu’il s’y passe et ce qu’il a traversé. J’ai alors commencé à lire un tout petit livre intitulé: Grèce, La nouvelle Odyssée, tiré d’une collection que j’affectionne beaucoup: L’âme des peuples. Il m’a permis de comprendre différemment tout ce que j’ai pu croiser lors des quatre jours que j’ai vécus dans la ville. Si jamais vous avez un jour l’occasion de partir en Grèce, je vous en conseille vivement la lecture !

CSC_0939DSC_0942DSC_0943DSC_0999

Écrasée sous des tonnes de bétons, Athènes tente de se relever progressivement de la crise. C’est une dette exorbitante qui perd le pays, suite à de nombreuses années durant lesquelles il consommait d’avantages que ce qu’il produisait. Il contracte dès lors des dettes pour soutenir la croissance, mais ne parvient plus à suivre le rythme de vie des habitants. Une crise frappe le pays dès 2009. Le chômage s’installe et les salaires diminuent. S’ensuit une baisse de la consommation qui projette le pays dans un cercle vicieux, duquel il a du mal à se sortir. Dans la ville d’Athènes: des bâtiments abandonnés et des squelettes d’immeubles jamais achevés, peuplent de nombreuses rues. Tours immenses, abîmées, vitres brisées.

Subsistent par ailleurs, de petites maisons colorées et, sous les bâtiments ou dans les collines, les ruines d’une ville sous une ville. Vestiges d’un passé glorieux, témoins d’une époque fertile. Au sommet d’une colline, l’Acropole veille sur cette ville qui semble toujours parvenir à se redresser de n’importe quelle situation.

DSC_0905DSC_1073DSC_0918DSC_0916

En Grèce, antiquité et modernité se croisent, dialoguent et s’unissent. Le passé porte le présent grâce au tourisme que le pays génère et à la richesse historique qu’il porte. Il arrive que les habitants ne comprennent pas l’engouement des touristes pour les vestiges antiques. Pour eux, c’est à la fois un simple tas de pierre, mais aussi un véritable trésors. Partout à Athènes: des fragments du passé. L’acropole, les temples, le musée archéologique et les sites de fouilles éparpillés dans la ville nous présentent un passé bien présent.

DSC_0934DSC_0922P1010027

J’ai rencontré un pays de caractère avec un charme hors de tout ce que j’ai pu avoir la chance de découvrir auparavant. La ville trouve sa beauté dans les couleurs des bâtiments, dans l’art de rue et les tags présents partout, dans les plantes qui viennent habiller les fenêtres des bâtiments en béton. Je garde également le souvenir de la gentillesse des gens. C’est sans doute la convivialité et l’entraide qui se noue entre les grecs qui permettra au pays de rebondir. On se sent si bien dans les rues d’Athènes, il est facile de trouver quelqu’un prêt à nous aider, à nous guider ou nous conseiller.

C’est un pays qui a déjà surmonté de nombreuses épreuves: deux dictatures, une guerre mondiale ainsi qu’une guerre civile. La démocratie y est encore toute récente et la politique d’austérité actuellement en place apparaît comme un sujet de conflit très important dans le pays. Avant mon départ, nombreuses sont les personnes qui m’ont demandé de leur raconter l’ambiance que j’aurais pu ressentir au sein de la ville. Je dirais, avec le recul, qu’elle est à la fois survoltée et calme, animée et musicale, grouillante, bourdonnante et vide. C’est une ville aussi riche que pauvre qui m’a parut incroyablement forte et faible à la fois.

C’est une ville à découvrir, à arpenter. Une ville dans laquelle il faut se rendre pour comprendre l’ambiance si particulière qui s’y trouve. Une ville où le temps est suspendu et pourtant où celui-ci évolue à une vitesse folle chaque jour. Un endroit dont les battements raisonnent encore, un mois après mon départ.

DSC_0978

DSC_0952DSC_0993DSC_1008


Ainsi cette ville qui, à première vue, nous a laissé sans mot, a en réalité beaucoup de choses à montrer et à partager. Il s’agit d’aller au-delà de la première impression et des aprioris et de s’aventurer dans les rues, sac à dos sur les épaules, afin de s’imprégner au mieux des lieux et de tout ce qu’ils ont à offrir.

Prenez soin de vous,

 

signature

 

sources, pour aller plus loin:

 

 

20 commentaires sur “Sur les ruines, une ville

    1. Si un jour tu en as l’occasion passe y deux ou trois jours (quatre c’était trop) ! C’est une ville tres surprenante, tu ne regretteras pas de t’y arrêter

    1. Merci à toi ! C’était important pour moi de réussir à transmettre ce que j’ai pu y ressentir ! Si c’est réussi c’est genial !
      Passe une bonne journée 🙂

  1. Ton article est vraiment génial, très agréable à lire ! J’aime ta description de la ville, poétique et très bien écrite ! On sens vraiment que tu as aimé ton séjour 😊 et tes photos sont magnifiques !
    Belle journée et bisous !

  2. Ça a l’air magnifique , de toute manière tout les pays Méditerranéens ont une âme et une énergie qui te marquent le coeur à vie. La Grèce semble être un incontournable pour ceux qui aime les voyages.
    C’est quoi la prochaine destination ? 😁

    1. Ahahahahah bien trouvé le pseudonyme 😂😂
      C’est exactement ça ! Je pense meme que ca ca au delà des pays méditerranéens, c’est voyager qui ouvre les esprits et les cœurs !
      Je ne sais pas encore ! 🙂 peut être Sienne avant la fin de l’année

  3. Voilà le récit qui finit de me convaincre dans mon choix de voyage pour septembre! Résultat, je pense y rester deux jours avant me diriger vers les cyclades… A voir donc!
    Merci pour les photos (et les conseils lectures 😉 )

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s