De la confiture de mûres

Dix neuf années à vivre entourée de forêt. Dix neuf années et pas une seule fois je n’avais été y cueillir des mûres ou des fraises des bois. Pas une seule fois. C’est le genre de choses auxquelles je ne pense pas, que je n’ose pas faire. Cueillir des fleurs oui, en toutes saisons. Mais des fruits?

Un ami que j’ai retrouvé cet été à l’habitude de faire ça depuis qu’il est enfant, il ne se pose même pas la question. Je l’ai accompagné dans sa cueillette, véritable excursion où nous sommes sortis des sentiers de sorte à trouver les arbustes couverts de trésors. On s’est écorché les chevilles dans les épines, mais notre récolte était impressionnante à voir. L’air était doux, le soleil bien présent et les arbres n’avaient pas encore revêtus leur robe d’automne. Moi qui travaillait à ce moment là en 35h, avec des heures de nuit, ces clairières sont apparues comme une véritable bulle d’oxygène.

DSC_0064DSC_0058

Mais que faire de tous ces fruits? Une tarte? Un cake? De la confiture.

C’est avec ma maman que nous nous sommes attelées à cette tâche, c’était la toute première fois que nous faisions de la confiture maison. Pour cela, nous avons stérilisé des pots, mis fruits et sucre dans une grande marmite, mélangé progressivement et laissé le tout cuire pendant longtemps. Nous réalisions une recette à tâtons, avec des indications trouvées sur internet et le résultat a été, ma foi, très réussi. Nous avons pu offrir des pots à notre entourage et j’en ai une réserve, au moins pour l’année à venir.

DSC_0005DSC_0029DSC_0131

En écrivant ces mots je m’aperçois que je trouve mon énergie dans ces instants « parenthèse ». Je me repose et me sens mieux grâce à ces moments tendres qui me sortent du quotidien et qui me permettent de voir au delà du traditionnel « métro, boulot, dodo ».

Faire une confiture, une balade en forêt, une sortie dans un bar avec Anne, une place de théâtre achetée sur un coup de tête avec quelqu’un de doux… Si je m’arrête une minute, je remarque que chaque journée possède ses propres pics de douceur, qui l’embellissent. Il suffit en réalité d’élargir son attention et de ne pas s’arrêter aux choses plus néfastes qui ont tendance également à arriver dans une journée. C’est l’éternelle question du verre à moitié plein ou à moitié vide. Depuis que je me cantonne à le voir plein, mes journées sont plus agréables, passent plus vite et c’est indéniable: je me sens mieux.

Alors voilà, je fais partie de ces personnes qui essaient de ne jamais refuser un moment qui sort de l’ordinaire. Parce que je sais, qu’en conclusion, il me fera du bien.

Et toi? Parviens tu as trouver dans tes journées ces pics de douceur?

A très vite,

signature

3 commentaires sur “De la confiture de mûres

  1. Comme le dit la chanson, le bonheur est souvent là, devant tes yeux, dans ton quotidien et tu ne le vois pas parce qu’il est simple et trop évident. On recherche souvent trop de sophistications…
    Bise et bonne soirée.

    1. C’est exactement ça, on court après des mirages alors que le bonheur est à porter de mains. Il suffit d’y faire attention
      bonne soirée également!

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s