Si vous me cherchez, je serais dans une serre.

« C‘est terrible ». On l’entend partout. À la radio, sur internet, dans le métro: C’est terrible. On le sait et on ne peut plus vraiment le nier; La roue est déjà enclenchée.

received_243795382981728.jpeg

Lorsque j’étais enfant, j’ai le souvenir du froid et de la neige pendant la période de mon anniversaire. Je suis née le 18 novembre et il n’est plus question aujourd’hui de températures fraîches et automnales qui nous feraient glisser doucement vers un hiver enneigé. Il n’est plus question de porter des pulls en laine ou de commencer à ressortir sa bouillotte.  Non, maintenant en plein mois de novembre, je sors encore en chemise et en trench sans inquiétude parce que l’air est doux.

Enfant, lorsque nous rentrions de vacances à la toute fin du mois d’août, les arbres étaient déjà multicolores et flamboyants. Ils annonçaient la rentrée et la fin de l’été. Je suis retournée en Picardie encore le week-end dernier, les arbres commencent à peine à se colorer.

C’est cette simple idée qui me terrifie et je ne sais pas quoi faire.

Alors évidemment, à mon échelle, je trie, je mange très peu de viande, je fais attention à l’eau que je consomme, à la provenance de ce que j’achète. Je mange le plus de fruits et légumes de saison possible, je limite au maximum les emballages… Parfois j’ai l’impression que toutes ces petites actions, que j’imagine répétées dans de nombreux foyers, sont vaines et qu’on se jette tous à corps perdus vers la destruction de toutes ces choses que nous aimons tant.

Entendre des oiseaux chanter à l’aube, sentir la brise froide d’un matin d’hiver. Adorer l’arrivée du printemps. Cueillir des fleurs. Ramasser des noisettes à l’automne. Observer le rythme des saisons. Entendre la pluie tomber après une chaude journée d’été. Pouvoir se baigner dans l’eau pure d’une rivière. Marcher loin des sentiers dans la forêt et cueillir des mûres sauvages. Pouvoir marcher pieds nus dans l’herbe, se baigner dans l’océan. Observer le vol d’une abeille qui butine les pâquerettes du jardin. Ressentir les températures évoluer au fil des mois, retrouver à chaque saison ces bonheurs éparpillés qui leur correspondent.

J’ai peur de me réveiller un matin et de ne plus retrouver tout ça. J’ai peur qu’on ne suffise pas à faire chavirer ce navire qui fonce droit sur un iceberg. Et quand je vois les projets et l’évolution des Etats, je me sens impuissante. Et c’est terrible. C’est écrit partout : sur internet, dans les médias et dans le métro.

Je me sens idiote de regarder tout ça, les bras ballants sans trop savoir quoi faire. Je m’enferme dans des serres pour fuir la réalité du monde extérieur. Comme si cela allait ralentir le processus. Je vais me blottir dans des serres, parce qu’à mon échelle individuelle je n’ai pas de solution à proposer et je suis terrifiée.

Quelles sont tes solutions à toi ? Comment organises-tu ton quotidien pour insérer un peu plus de bien pour cette planète qui va finir par tourner à l’envers ? Au fond, est-ce que nos solutions individuelles, mêmes toutes accumulées, feront vraiment le poids si les Etats et les organismes mondiaux continuent sur cette voie?

Certains diront que je me plains, que je devrais profiter de la douceur des températures de cette année, qu’il faudrait que je m’en contente. Mais j’avoue que quand je lis tous ces articles qui expliquent en détails ce qui est désormais perceptible dans notre quotidien, je ne peux qu’avoir envie de m’enfuir. Si vous me cherchez, je me cache derrière l’effet des serres.

À LIRE : ICI ; ICI; ICI

 

IMG_20181023_120435_331.jpgIMG_20181021_153633.jpg

 

Jeanne

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s