« Au-delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky »

Voilà plusieurs mois que je n’ai pas reporté ici mes sorties culturelles et je dois l’avouer, ça commençait à me manquer! Il y a deux semaines, je me suis rendue au musée d’Orsay avec deux copines de fac, dans le but de découvrir les sculptures de Degas, pour un dossier monographique que je devais réaliser sur cet artiste. L’enjeu étant de s’intéresser de plus près à ses sculptures, ça aurait été dommage d’en parler sans les voir.

Visiter le musée d’Orsay était également un prétexte pour découvrir l’exposition temporaire qui s’y déroule actuellement, et jusque fin juin:

 Au delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky. 

IMG_6362

Les œuvres choisies sont merveilleuses, l’éclairage est bon et j’ai été frappé par plusieurs toiles, ce qui n’arrive pas si souvent, particulièrement quand les expos ne gravitent qu’autour de peintures. Le visiteur est, salle à salle, guidé vers un univers de plus en plus onirique et on se surprend à parcourir les différentes thématiques dans un silence contemplatif qui me plait beaucoup. Une forme d’aura magique gravite autour des toiles et nous découvrons plusieurs visions du sujet de « mystique », selon plusieurs pays différents.

Pour éviter la foule, nous nous sommes rendues à l’exposition à treize heures et ça a plutôt bien fonctionné! Les visiteurs arrivent en masse entre 14h et 16h. Si vous voulez profiter d’une visite à peu près calme, privilégiez toujours la semaine et les heures creuses du matin ou du midi. ( A noter également que l’entrée au musée d’Orsay, comme le Louvre et la plupart des musées nationaux, est gratuite pour les personnes âgées de moins de 26 ans. Autrement elle coûte une quinzaine d’euros, il me semble ).

IMG_6244
Détails de L’Amour aux sources de la vie, Giovanni Segantini ( 1896, Milan )

 J‘ai aimé cette expo. Particulièrement pour ses parties sur la nuit et l’espace.

Vous commencez à me connaitre, et sans doute à vous apercevoir que je porte une attention particulière vis à vis de ces sujets qui me touchent. Alors évidemment, dès que j’ai vu que plusieurs salles de l’expo étaient dédiées à la nuit, j’étais sur un petit nuage! Et je n’ai pas été déçue. C’est véritablement la partie que j’ai préféré! Toute une salle est animée par de la musique et j’étais complètement transportée. J’ai eu l’impression, pendant quelques minutes, d’entrer dans chaque toile et d’accéder à tous les univers qu’elles proposent. C’est assez incroyable quand on y pense: que la peinture, si statique et fixe, puisse avoir un tel impact sur nos ressentis.

L‘éclairage des salles est très tamisé, de sorte à mettre en avant au mieux les toiles sans qu’il n’y ai de reflets indésirables. Ainsi prendre de jolies photos était un peu compliqué, d’autant que je n’avais pas mon appareil-photos sous la main. Dès lors, si vous aimez la peinture, et particulièrement l’impressionnisme et le post impressionnisme, je ne peux que vous inciter vivement à aller découvrir tout ça par vous-mêmes !

Détails: Le Rêve, Pierre Puvis De Chavannes ( 1883, Paris )

A très vite!

signature

LRDVC #11: Depuis l’Orient jusqu’à Versailles

Le 7 juillet fut de ces journées qui restent à jamais gravées dans les mémoires. Après avoir travaillé durant 5 heures, je sautais dans le premier train qui pouvait me mener à Paris : Rendez-vous avec Lyna et son amie Olivia pour passer une journée là bas et une nuit à Versailles. Le programme était chargé et l’ambiance légère. On était bien toutes les trois à voguer un peu incertainement dans les rues, cherchant l’Institut du monde Arabe.

Le but premier était de pouvoir découvrir l’exposition « Jardins d’Orient » qui y est visible jusqu’au 25 septembre 2016. Nous nous attendions à quelque chose de tout à fait différent de ce qui y est proposé. Nous aurions aimé plus de senteurs, plus de fleurs, plus de couleurs, plus d’Orient en réalité. Cette exposition m’a parut très scolaire, très morne. Il y avait beaucoup trop de monde, beaucoup trop de photos, de dessins, d’explications. C’était répétitif et un peu vide d’intérêt à mon goût, alors même que je trouve cette culture d’une richesse incroyable et qu’habituellement, j’adore les expos photos et picturales.. A l’extérieur le visiteur pouvait profiter d’un « jardin aménagé » pour se rendre compte des odeurs… Hormis les roses en multitude qui, pour le coup, valaient vraiment la peine, les plantes elles-mêmes n’étaient pas réellement représentatives de toutes la richesse Orientale, j’ai trouvé qu’elles manquaient de vie. Ainsi cette exposition aura été pour moi une suite de déceptions et, heureusement que j’étais bien accompagnée, sinon j’aurais sans doute un peu regretté le prix de l’entrée. On a quand même bien rigolé toutes les trois, à refaire de A à Z l’expo, comme NOUS aurions aimé la voir et ces moments-ci, n’ont absolument pas de prix. Pour finir notre après midi en douceur, nous sommes allées siroter une limonade au Paradis du Fruit car oui, le 7 juillet, il faisait déjà bien chaud à Paris!

DSC_0586

Poursuivre la lecture de « LRDVC #11: Depuis l’Orient jusqu’à Versailles »

LRDVC #10: Le château de Condé, deux mois après

Voilà deux mois tout juste que je suis allée découvrir le château de Chantilly avec ma maman. Comme vous l’aurez peut-être remarqué, je suis originaire de Picardie, et j’aime énormément cette région; bien que le soleil n’y soit que trop peu présent (particulièrement cette année). J’adore l’explorer, la parcourir et découvrir les trésors qu’elle propose.

Je me suis rendue compte que je vous ai énormément parlé des villes ou j’ai été ces deux dernières années, mais je ne vous ai jamais réellement parler de mon « chez moi » ( sauf pour le  palais de Compiègne ). Alors aujourd’hui, j’ai décidé de partager avec vous cette petite ballade qui commence à se faire déjà lointaine.

Poursuivre la lecture de « LRDVC #10: Le château de Condé, deux mois après »

LRDVC #9: Un après midi au Palais de Tokyo

Cela faisait un moment déjà que nous projetions, avec mon amie Marine, de nous rendre au Palais de Tokyo le temps d’un après midi. Les occasions ne se présentaient pas et les expositions présentées ont failli nous glisser entre les doigts. C’était sans compter une absence impromptue d’une de nos professeurs, qui nous a permis de prendre une journée pour aller explorer cet endroit.

Rendez-vous à midi à la sortie de la station Iena, il pleuvait des cordes et le pic-nique que nous avions prévu est tombé à l’eau. Qu’à cela ne tienne, nous finissons dans un tout petit bistrot parisien dans une des rues adjacentes. Une fois notre ventre rempli, nous nous rendons tant bien que mal (merci le vent et la pluie) dans l’enceinte du musée. A peine un pied à l’intérieur et nous voilà déjà embarquées dans un univers à côté du monde. De drôles de canapés invitent les visiteurs à se reposer, au plafond volte un immense papier plastique dont nous ne comprendrons jamais le fonctionnement. A droite, un bistrot (un peu hors de prix) et la billetterie où j’achète mon pass pour la journée: 8 euros en tarif réduit  (10 euros sinon et c’est gratuit pour les personnes mineures).

palais tokyo 7

Poursuivre la lecture de « LRDVC #9: Un après midi au Palais de Tokyo »

LRDVC#8: Bettina Rheims

Les lèvres sont pulpeuses et les corps sont dénudés. Cette nudité est belle lorsqu’on la regarde au travers des yeux de Bettina Rheims, photographe Française, actuellement présentée à la maison européenne de la photographie dans une grande exposition qui lui est dédiée et qui retrace à merveille son travail.

Je ne connaissais pas du tout cette photographe avant qu’Arte ne lui dédie un documentaire et ne me donne envie de mieux connaître son travail. Mon amie Carla, dont je vous avais parlé ici, m’a proposé de profiter de cette occasion pour nous revoir en y allant ensemble, ce que nous avons fait, et ce petit morceau d’après midi était tout bonnement génial.

12788711_1029591527106784_1073498987_o Poursuivre la lecture de « LRDVC#8: Bettina Rheims »

LRDVC #7: Wharol underground

Aujourd’hui était une journée spéciale et je ne pouvais que m’empresser de venir vous la raconter ici.  Je me suis levée tôt, pas pour aller en cours mais pour prêter mon dos à une amie de lycée qui est en école de photographie. Je vous parlerais de cette  expérience  dès que j’aurais récupéré les clichés ( Et croyez moi je trépigne d’impatience à l’idée de voir le résultat final)! A la suite de ça, j’ai passé un début d’après midi relativement basique étant donné que j’ai eu cours ( oui je vous assure qu’on a cours à la fac :)).

Alors qu’à 15 heure ma journée « scolaire » prenait fin, nous avons décidé de nous rendre à l’exposition Andy Warhol Underground qui est encore visible jusqu’au 7 février au musée d’art moderne. (Effectivement, il était temps!) J’ai l’impression d’être condamnée à voir les expos juste avant leur date finale.. Cela va changer n’ayez crainte!

Alors, cette fameuse exposition, qu’en ai je pensé?

IMG_0282

Pour tout vous avouer, j’ai un avis controversé vis à vis d’elle. Elle m’a parut très courte et arrangé de manière trop scolaire. J’aime à la folie le travail de Warhol parce qu’il recherche la simplicité, la multiplicité et qu’il veut toucher tout le monde. J’ai moins aimé la façon que l’expo a eu de retranscrire son travail. Aurait-il agencé cela de la sorte si ça avait été à lui de décider? J’ai également trouvé dommage que la plupart des « salles » nous interdisent de prendre des photos. L’œuvre de Warhol n’est elle pas faite pour être diffusée, multipliée?

J‘ai tout de même apprécié les vidéos que nous pouvions visionner aussi longtemps que nous en avions envie. J’ai aimé l’éternité qu’il donne aux visages au travers de ses métrages. J’ai aimé lire également les anecdotes qui étaient misent à notre disposition sur les murs et qui nous permettaient d’en apprendre plus sur sa manière de travailler, ainsi que les papiers peints pour le moins, originaux. Il y avait également une salle avec de grand ballons argentés qui erraient, voletants à leur guise dans toute la pièce. C’était ludique et cela contrastait avec les suites de tableaux et photographies photocopiées par dizaines que nous pouvions observer auparavant. La manière qu’a Warhol de considérer l’art est unique. Il possède son propre avis sur la chose et il nous le partage au travers de son travail.

IMG_0292IMG_0419IMG_0473IMG_0428IMG_0443

A la fin de l’exposition nous pouvions prendre une photographie imprimée avec le fameux effet du Pop Art, nous avons joué le jeu. Le résultat a été.. Surprenant! J’ai une tête énorme sur la photographie, ça a au moins eu le don de faire rire Marine. En sortant du musée, nous sommes arrivées dans une sorte de petite cour depuis laquelle nous pouvions apercevoir la dame de fer accompagnée par la fin du jour. Je n’avais jamais vu la tour Eiffel de si près. Elle m’a semblé irréelle et à l’heure ou je vous parle j’ai encore du mal à réaliser que je l’ai enfin vu en entière (enfin presque).

Aujourd’hui aura été comble de jolies choses, de moments agréables. J’aime vivre des journées animées qui me donnent des raisons de bien dormir la nuit, ce 3 février fait parti de celles-ci!

IMG_0463IMG_0467

Et toi, as-tu vu cette exposition? Que penses-tu du travail d’Andy Warhol?

Je vous souhaite une jolie fin de semaine,

0000000000000000000000000000000000000000

collage

 

LRDVC #3: Nauman à Paris

Nous nous sommes enfin décidé, jeudi dernier, à nous aventurer dans Paris et ses expositions. Suivant les conseils de notre professeur d’esthétique, nous nous sommes rendues à la rencontre de l’artiste Bruce Nauman, un Américain qui utilisent l’art sous toutes ses coutures (peinture, sculpture, photographie..etc). L’exposition se tenait à la Gagosian Gallery et s’est achevée ce 26 septembre. Elle regroupait des œuvres venant briser nos idées préconçues de l’art au travers d’objets étonnants, parfois déroutants voire malaisants. A l’entrée de la galerie, nous pouvions récupérer un document nous permettant une meilleure compréhension de chaque œuvre. Evidemment, c’est après avoir fini notre visite, que moi et mon amie nous sommes aperçue de leur présence… Par ce fait, nous avons tenté, tout au long de notre « voyage » de nous faire nos propres idées.

Voilà tout de même un élément important, que je tire du document d’information, dont il faut que vous ayez connaissance, à propos de cette expo: « Des idées et des thèmes récurrents apparaissent: l’utilisation du corps comme matériau; la relation entre image et langage, art et spectateur; et l’interaction génératrice d’espace positif et négatif ». Faites en ce que vous voulez!

IMG_1290

Ce n’était pas une exposition très grande mais il fallait prendre le temps de la parcourir. Tout d’abord nous pénétrons dans une grande salle blanche, au sol une vieille télévision diffuse une image en continue ainsi qu’un enregistrement audio lancinant. Face à ceci, une chaise (qui m’a semblé être recouverte de plâtre ou d’une matière semblable). Nos sens sont perturbés, on se demande ce qu’il va se passer, s’il va se passer quoi que ce soit d’ailleurs. Alors on attend mais rien ne bouge, il y a toujours ce son qui finirait presque par nous rendre fous et rien ne change dans l’enregistrement audio. La régularité nous brouille avec nous-même, et c’est déroutée que nous continuons notre route.

La seconde salle contenait trois autres œuvres tout aussi déroutantes. Nauman exploite les néons et entremêle deux fois le même mots: Malice (qui est aussi le nom de l’œuvre). Cette œuvre semble minuscule face à la grandeur de la pièce. Comme avec un enfant malicieux qui se cache, on l’aperçoit à peine, on y porte peu d’attention. Au sol, une sculpture d’acier très géométrique et mystérieuse (Dead end tunnel folded into four arms with common walls) et en hauteur, surplombant la pièce, une autre sculpture représentant une pyramide d’animaux squelettiques ( Animal pyramid ). Elle s’élève à plus de 3m au dessus de nous, elle dérange dans son côté macabre mais fascine par la précision qu’a porté l’artiste dans certains détails.

Avant de découvrir ce que cache l’étage, nous arrivons dans une sorte d’antichambre ou sont présentées des photographies de morceaux de corps et plus particulièrement de visages. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai énormément apprécié ces photos qui seraient presque réconfortantes dans cette exposition ou tout nous perturbe. Elles m’ont semblé enfantines et se liaient ( selon moi) parfaitement avec les néons de la pièces précédente. Elles sont là et permettent à notre esprit de se poser. La galerie en elle-même est d’ailleurs très agréable à sillonner.

IMG_1252

IMG_1288.IMG_1253  IMG_1255IMG_1285

Une fois arrivée à l’étage, nous nous retrouvons à nouveau face à une télévision, mais cette fois-ci des sièges sont mis à disposition. Un film d’une heure est diffusé et grosso modo, il nous rend spectateur de la fabrication d’un enclos. Nous sommes restées une bonne demi-heure devant ce film, d’une part parce que nous n’avions pas connaissance du but du protagoniste ( qui est l’artiste lui-même). « Pourquoi creuses t’il un trou? Que cherche t’il? – eh mais il touche le fond et il creuse encore!! » D’autre part parce que nous cherchions absolument à comprendre le message que voulait faire passer l’artiste au travers de cet élément audiovisuel qui semblait ne jamais se terminer. Et chacune de nos analyses étaient coupées par la suite d’évènements de la vidéo.

Dans la dernière salle, une grande photographie en noir et blanc et des têtes humaines suspendues depuis le mur. Grimaçantes, inquiétantes. Elles sont organisées par paires et une fois encore nous ne savons que faire face à ces sculptures qui créent en nous un fort sentiment de malaise.

IMG_1274IMG_1276

Finalement Bruce Nauman sait parfaitement jouer avec les sens de ceux qui ont affaire à ses œuvres. Il sait comment nous interloquer, comment nous déranger tout en piquant notre curiosité. Cette exposition m’a parut infiniment courte et je suis presque restée sur ma faim. On a envie d’en voir plus et de nous aventurer plus longtemps dans cet univers où nous n’avons pas pied.

N’hésitez pas à me donner votre ressenti vis à vis des photographies et des œuvres. Comment vous, les interprèteriez vous?

j’espère que votre semaine se passe bien,

à très bientôt,

0000000000000000000000000000000000000000

Visite du Palais Impérial de Compiègne

Bonjour, Bonjour!

Dimanche, j’ai eu l’occasion de pouvoir me rendre à Compiègne, dans le but de visiter le palais impérial ou ont vécus Louis XV, Napoléon I, ainsi que Napoléon III. Je dois vous avouer que j’adore aller dans ce type de lieux car, là bas, le temps y semble suspendu, nous avons accès à une époque révolue et je trouve ça absolument génial. Comme a dit Musset: «  Je suis né trop tard, dans un monde trop vieux. »

J’aurais tellement aimé voguer dans ses corridors lumineux, la traine de ma robe frôlant le sol. Entendre le tintement de mes talons rythmant mes pas sur le carrelage. Boire une tasse de thé ou lire un livre nichée devant ces grandes cheminée. Ou encore courir dans ses jardins, les pieds nus dans l’herbe sans me préoccuper de comment sera fait demain. Mais tout cela n’est qu’un rêve et sans doute qu’à l’époque leur vie était bien différente de celle que je m’imagine.

Il y avait une exposition des œuvres de Rodin, un artiste dont j’ai pu réellement découvrir le travail ce jour là et que je regarde désormais avec beaucoup d’admiration et de respect son travail. J’ai essayé de prendre le plus de photos possible, mais je n’étais pas seule à faire la visite et, de plus, je n’étais pas autorisée à prendre certains endroits en photo. Alors ce sera à vous de faire le déplacement pour voir ce que je ne peux pas vous montrer..

Je vous laisse découvrir, au travers de ces photos, la vision que j’ai eu de cet endroit.

DSC_0220

DSC_0290

DSC_0304

Cet endroit m’a inspiré un sentiment de calme, chaque pièce du palais avait son propre univers, sa propre histoire, le jardin était immense, je n’ai malheureusement pas réellement eu le temps de le parcourir..

Par contre, après la visite des expositions et du palais en lui-même, nous sommes allées boire un thé dans le salon en lien avec le palais.

Il se trouve au fond du jardin, dans un petit bâtiment d’époque.

Les pâtisseries sont maisons et sont cuisinées le matin même.

J’ai, pour ma part pris un thé à la rose, j’en suis tombé amoureuse.

Ce que je pourrais retenir de cet endroit, c’est non seulement le cadre, l’accueil et les saveurs de ce qui m’a été servi.

Pour vous faire un petit résumé de cette journée: j’ai eu l’occasion de visiter un très bel endroit, autant pour son architecture que pour le contenu des pièces ou encore les expositions que j’ai pu découvrir. Et ma journée s’est finie sur une note détendue en dégustant des pâtisseries que je n’ai pas forcément l’habitude de manger mais que j’ai adoré!

C’est vraiment une sortie à faire par temps de soleil, faites moi confiance !

Toutes les infos: ICI

J’espère que tout va bien pour vous!

Pleins de bisous,

Echo.