Ce morceau de tissu

CSC_0900

J‘ai souvent tendance à me raccrocher à un vêtement, un gadget, un accessoire, pour m’aider à aller au devant de certaines situations. Ce sont toujours des pièces dans lesquelles je me sens bien et qui me permettent d’avoir confiance en moi, à un instant T. Du tout premier doudou pour l’entrée à l’école maternelle, jusqu’au T-shirt au slogan accrocheur pour passer mon bac. En passant par une paire de bottes pointues et un sac à dos Eastpak pour mes premiers jours respectifs de collège et de lycée.

Poursuivre la lecture de « Ce morceau de tissu »

Ce que j’aime tant dans ma province

Habituée à la ville, je perçois désormais différemment la région où j’ai grandi. Avant, j’avais l’impression d’être loin de tout, comme si j’étais écartée du monde. Sans permis, notre mobilité est restreinte et c’est très frustrant. Ici, peu de concerts et d’expositions, pour sortir il faut encore et toujours posséder une voiture. Maintenant que j’ai goutté aux rues animées, à la foule et à la fièvre générale d’une ville, revenir en Picardie me permet de retrouver mes repères. Dès lors je me suis amusée à réaliser une petite liste non exhaustive des choses que j’aime dans ma province. En y regardant bien, vivre ici est plein d’avantages que l’on a tendance à oublier. Je peux être presque certaine qu’ici, je me sentirais toujours chez moi parce que c’est ici que je suis devenue qui je suis aujourd’hui.

DSC_0460

Poursuivre la lecture de « Ce que j’aime tant dans ma province »

La serre du jardin des plantes

DSC_0226

En janvier dernier je posais mes bagages à Paris. Depuis la fenêtre de mon sixième étage, presque au delà de la pollution, je respire une nouvelle ère. Vivre dans la capitale, c’est pour moi l’occasion de fuir les désagréments des transports en communs, de pouvoir gagner du temps. C’est également synonyme de repos, je peux dormir plus et lâcher prise. Je gère de mieux en mieux ma manière d’étudier, je suis moins vite dépassée par les événements et plus sereine en allant travailler le weekend. La fatigue est toujours là, mais moins pesante, plus saine.

Poursuivre la lecture de « La serre du jardin des plantes »

Cet été indien

csc_0084

J‘aime toutes les saisons. Chacune apporte son grain de sel à notre année. Elles arrivent à leur rythme et pausent, plus ou moins vite, leurs bagages. Mais ce que je préfère par dessus tout, c’est quand elles s’assemblent pour former une salade mixe de couleurs, d’odeurs et d’ambiances. Comme l’automne, lorsqu’il se vêt de son été indien. C’est ce moment de l’année où il fait encore bon l’après-midi mais où les feuilles se colorent discrètement une à une; où l’on peut recommencer à porter des vestes et des écharpes, mais garder un pull fin en dessous. C’est lorsqu’on peut boire un « pumpkin spice latte » tout en travaillant notre exposé dans un parc, au soleil. J’aime l’été et bien plus l’automne. Mais c’est encore mieux lorsqu’ils se croisent comme ils le font si souvent à cette période de l’année. Je crois que finalement, ma saison préférée, c’est cet entre-deux un peu indécis, ce mélange inattendu qui nous permet d’entrer doucement en hiver.

Voici mon dernier look estival de 2016, photographié au tout début de septembre: période où nous pouvions encore nous permettre de sortir sans veste, avec des chaussures ouvertes. La douceur était incroyable pour une fin de saison, comme si le temps venait s’excuser du triste printemps qu’il nous a offert en le compensant par un doux début d’automne.  Je portais ma jupe midi jaune shoppée sur Zalando que j’ai adoré et que je porterais avec joie cet automne ( dès que je trouverais comment et avec quoi ).

Les arbres n’étaient pas encore bruns comme aujourd’hui mais j’affectionne ces photos. Nous avons joué avec les réglages de mon appareil, nous avons fait des tests pour la lumière. Elles sont un peu « prototypes » mais elles témoignent d’une jolie petite ballade dans laquelle nous nous étions lancée, le temps d’un après midi ensoleillé. Je suis, comme à mon habitude, un peu en retard vis à vis du temps environnant. Mais il n’est jamais trop tard alors je vous laisse avec ces quelques photos, synonymes peut être de la fin de l’été mais annonciatrices, j’espère, d’un plus bel automne encore.

dsc_0899dsc_00700


Haut:/ ; Jupe: Mint&Berry ; Chaussures: André ; Collier: Forever21


dsc_1031dsc_00708dsc_00705dsc_00704dsc_100714

dsc_00703

Et toi, quelle est ta saison favorite?

Je vous souhaite une belle fin de semaine,

tendrement vôtre,

signature

dsc_00710

En robes à Venise

Cet été, mes voyages ne se seront vêtus que de robes.

J‘ai ressentie une telle frustration tout du long du printemps que chaque rayon de soleil était prétexte pour enfiler une robe. Il a tant plut que j’ai bien cru qu’elles resteraient cette année au placard. Alors quand j’ai su que je partais en Italie, je n’ai mis que des robes dans ma valise. Toujours avec mes petites paires de baskets, j’étais à l’aise et pouvais marcher toute la journée sans vaciller une seconde! Venise était l’occasion de shooter des looks, mais comme j’ai pris beaucoup de retard dans mes publications, j’ai décidé de vous faire un micro « lookbook » Vénitien.

Poursuivre la lecture de « En robes à Venise »

Douceur et embruns salés

CSC_1179

Première journée en Normandie, et le beau temps n’était pas encore au rendez-vous. Cela ne nous a pas empêché pour autant de partir à la plage, et encore moins d’enfiler maillots de bains et robes. J’avais bien trop besoin de changer d’air, de me détacher des éclairages artificiels de supermarchés et de goûter enfin aux embruns salés. Alors, serviettes de plages au sol, nous sommes parties accompagner les chercheurs de crustacés en ramassant de notre côtés, les coquillages abandonnés.

Poursuivre la lecture de « Douceur et embruns salés »

Pour que tu ne me files pas entre les doigts

DSC_0410

Depuis quelques temps, mon cerveau s’est mit en veille. Je ne lis plus, ne dessine plus, je dors à peine. Je passe mon temps entre mon lit et mon lieu de travail. Je ressemble à une pile qu’on aurait oublié d’alimenter en électricité. Ce matin je me suis levée à cinq heures, J’ai travaillé jusqu’à midi et depuis mon retour, je suis éteinte et je sais que ce sera comme ça tout le mois d’août si je me laisse aller. Moi je voudrais simplement rendre mon été inoubliable. Alors je vais faire en sorte de reprendre au plus vite les rênes du traîneau, histoire de ne pas laisser  les plus belles journées de l’année me filer entre les doigts.

Poursuivre la lecture de « Pour que tu ne me files pas entre les doigts »

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis

Eh non mes cheveux n’ont pas repoussés en une semaine (et heureusement!); j’avais shooté ce look avant mon passage chez le coiffeur et trouvais dommage de le laisser de côté, même s’il n’est plus cohérent avec ma tête actuelle. Alors disons qu’aujourd’hui nous entreprenons un saut dans le temps, comme si nous avions activé la fonction « vidéo à l’envers » de notre caméra; comme si mes cheveux n’étaient pas coupés et que nous n’étions pas déjà en avril.

DSC_1048

Avril, annonciateur des beaux jours. Vous pouvez à peine imaginer comme il me tarde que le printemps soit une bonne fois pour toute installé. J’attends le soleil comme on attend noël. Ce dimanche il a fait étonnement beau et doux. J’ai pu m’allonger sur le rebord de la fenêtre, une chaleur enivrante venait réchauffer mon visage et je me suis endormie. Agréable moment que de s’endormir bercée par le chant des oiseaux. C’est sans aucun doute ce qui me manquera le plus lorsque j’irais vivre à Paris: la nature, l’odeur de la forêt, le bruit du silence et le chant des oiseaux. C’est ces petits détails que j’avais oublié et que je remarque maintenant que je passe mes journées sous le bruit des voitures. Alors qu’avant certains de ceux-ci me dérangeaient, désormais ils deviennent de véritables trésors que j’ai envie de conserver aussi longtemps que possible. Poursuivre la lecture de « Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis »

Bien dans ses chaussures

Un rayon de soleil à pointé le bout de son museau et nous n’avons rien trouver de mieux que d’en profiter pour sortir nous balader et, par la même occasion, prendre quelques photos. Ça tombait d’ailleurs plutôt bien car je portais mon joli pull à dos nu+nœud acheté à Sinequanone cet hiver. Je n’ai pas du tout l’habitude de faire mes achats dans ce genre de boutiques que je  trouve trop chères, mais il faut avouer que j’ai eu de la peine à résister quand j’ai vu celui-ci. Avec le temps je me rend compte que je préfère acheter un beau vêtement plutôt que 10 de mauvaise qualité. Résultat des courses mon shopping se termine souvent avec peu de trouvailles mais qui me plaisent réellement et qui vont sans doute me plaire pour longtemps!

Il est difficile de définir mon style: un jour je suis romantique, un autre hippie et un autre grunge/rock. J’habille mes humeurs et ça me plait bien comme inconstance. On pourrait dire que je suis comme un électron libre qui se fiche un peu des tendances, qui fait son bout de chemin tranquillement et qui porte peu d’intérêt à l’avis des autres. Le plus important après tout, c’est de se sentir bien dans ses chaussures: que ce soit des Dr Marteens, des Stan Smith ou des escarpins. Soyons nous-mêmes. Après tout, tout ça ne regarde que nous et personne d’autre ne vit dans notre corps (drôle de manière de voir la chose en passant). Alors si toi aussi tu es bien dans tes pompes, crois moi, le regard des autres importe peu.

hiver 2016 7

Niveau chaussures, j’ai eu envie de casser un peu l’aspect romantique du pull avec des.. CREEPERS!! Ouii j’ai enfin trouvé ma paire parfaite sur Asos, et soldées en plus! Que demande le peuple? Aussitôt reçues, aussitôt portées si bien que j’ai oublié de les imperméabiliser. J’ai eu de la chance, elles n’ont pas eu à affronter la pluie! Ça a été étrange au départ de marcher avec, j’avais l’impression de ne pas pouvoir plier les pieds. On s’y fait très vite et c’est étonnamment confortable. (Je les ai portés plusieurs fois à Paris et je n’ai jamais eu très mal aux pieds!) Reste donc à oser les porter! Mais ça vous savez déjà ce que j’en pense.

Le rendu final de ce look est relativement simple. Dès que j’enfile une veste, le dos nu disparaît et le pull devient un vêtement lambda, tout à fait passe partout ( parfait pour éviter les regards indiscrets du métro).  Tout ça est encore un peu sombre, malgré la présence de ma veste chérie qui vient pimenter le tout et que d’ailleurs, je vais pouvoir recommencer à porter d’ici quelques semaines ( avec une grosse écharpe tout de même ). Il me tarde déjà d’être au printemps!

hiver 2016 3hiver 2016 2DSC_0503

Haut: Sinequanone ; Bas: Monki ; Veste: / ; Chaussures: Asos

hiver 2016 10hiver 2016 5hiver 2016 4hiver 2016 6hiver 2016 8hiver 2016 9

Une grosse semaine débute, j’arrive dans mes partiels de mi-semestre. Autant vous dire que je suis surchargée! ( merci la procrastination d’être toujours là 🙂) Et me voilà encore à préférer écrire ici..J’espère que je vais parvenir à gérer mon temps, entre devoirs à rendre et révisions de dernière minute, je ne vais pas chaumer!

Je pense fort à vous,

passez une douce semaine.

0000000000000000000000000000000000000000

lumiere