La Normandie et une frange

Respirer.

Il m’aura fallu trois jours pour à nouveau inspirer à pleins poumons. Nous sommes parties en Normandie pour nous reposer. Nous avions besoin de respirer, simplement. Nous désirions changer d’air, nécessairement. Et voilà qu’en arrivant sur place je n’ai pas eu le bonheur de retrouver l’odeur des embruns et du sel marin. Mon odorat était comme bloqué par le stress et la pollution Parisienne. Je ne sentais rien. Comme si j’avais cesser de respirer.

Poursuivre la lecture de « La Normandie et une frange »

Deux journées à Londres

Partir à Londres.

dsc_0103

Nous étions portées par ce besoin irrésistible de changer d’air, de ne pas rester statiques. Se perdre dans la ville à la fin de l’automne. Arpenter les rues depuis Oxford street jusque Notting Hill, en passant par Buckingham Palace et Soho. Découvrir Londres à pieds, en oublier sa montre et suivre simplement ses intuitions. Nous avons la fâcheuse tendance à partir sans rien prévoir, ainsi nous avons décidé de nos visites au jour le jour. Le temps était doux, il n’y avait pas tant de monde, nous étions bien.

Poursuivre la lecture de « Deux journées à Londres »

En robes à Venise

Cet été, mes voyages ne se seront vêtus que de robes.

J‘ai ressentie une telle frustration tout du long du printemps que chaque rayon de soleil était prétexte pour enfiler une robe. Il a tant plut que j’ai bien cru qu’elles resteraient cette année au placard. Alors quand j’ai su que je partais en Italie, je n’ai mis que des robes dans ma valise. Toujours avec mes petites paires de baskets, j’étais à l’aise et pouvais marcher toute la journée sans vaciller une seconde! Venise était l’occasion de shooter des looks, mais comme j’ai pris beaucoup de retard dans mes publications, j’ai décidé de vous faire un micro « lookbook » Vénitien.

Poursuivre la lecture de « En robes à Venise »

De ces rêves devenus réalité, mon voyage à Venise.

Pendant que tout le monde ne vit que pour la rentrée, moi j’ai laissé mon cœur en Italie, à Venise.

dsc_0590

Venise, ce fut d’abord un rêve lointain, une chimère, une idée vaine, une photo google accrochée sur le mur de ma chambre. Je n’en connaissais rien d’autre que ce qu’on en dit. Puis, c’est devenu un projet, un voyage à faire, un mot dans une liste, une idée fixe. Est venue ensuite la réservation, à la dernière minute, sur un coup de tête.

« Et si on partait? Si on y allait? Et si on retournait en Italie? »

Poursuivre la lecture de « De ces rêves devenus réalité, mon voyage à Venise. »

Sept jours en quatre minutes

Sept jours, six nuits et tant d’heures passées à flâner dans les rues de Turin. Nous partions avec nos appareils photos autour du cou et nos carnets de dessins dans le dos. Chaque journée nous offrait une expérience différente de la ville.

Uniques instants inoubliables. Douceur d’été entre copines.

 

J‘ai capturé un peu de tout ça: quelques secondes par-ci par-là. Et tout mis bout à bout, on obtient un petit aperçu de notre semaine. On accède à sept jours en quatre minutes. La vidéo n’est malheureusement pas disponible sur mobile, si vous désirez la voir il faudra vous munir d’un ordinateur. C’est imparfait, parfois ma main tremblote un peu mais, quand je regarde cette vidéo, j’ai ce pincement au cœur qui me rappelle que tout ça est bien réel. Alors voulez-vous partir un peu avec nous? Trois, deux,un, PARTEZ !

En bonus, quelques autres petit bouts d’images.

P1080264

Poursuivre la lecture de « Sept jours en quatre minutes »

A la rencontre de Turin

Turin,

Jolie Italienne oubliée. Tu vis écrasée dans l’ombre de tes sœurs. Discrète, tu n’as pourtant rien à leur envier.

Suite aux nombreux retours négatifs que j’ai pu récolter à ton sujet, j’étais d’abord inquiète de faire ta rencontre. Je suis quand même venue. Turin, tu auras été douceur et nuages blancs. Tu auras été clarté et insouciance. Turin tu m’as redonné le goût de vivre. Tu auras été ma renaissance ainsi que mon plus beau coup de foudre, à travers toi j’ai fait mes premiers pas en Italie, et désormais je ne vis plus que pour retourner là bas. Tout dans ton pays me passionne.

Je t’ai rencontré accompagnée d’une de mes personnes préférées sur terre: mon amie Anne (qui apparaissait déjà ici et ici). C’était mon tout premier véritable voyage autonome. Certes il y avait eu Lille auparavant, mais là je quittais carrément le territoire Français.

Après 6 heures de TGV, nous pouvions enfin fouler tes pavés. Le premier soir, tu nous as perdu mais dès le lendemain (une carte en main), nous sommes parties à ta conquête. Nous t’avons sillonné en long, en large et en travers: des plus étroites ruelles, jusqu’à l’immensité des collines. Et je garderais toujours de toi cette merveilleuse image du panorama qu’on pouvait avoir de là haut. Turin, jolie petite ville bercée par les montagnes.

Tu es une ville vraie, qui ne ment pas. Tu ne cherches pas à arnaquer le touriste, tu n’as pas besoin de lui pour évoluer. Tu es authentique. Chez toi les pâtes et le prosecco ont un vrai goût d’Italie, les joueurs d’accordéon nous font tombés dans le plus grand des stéréotypes et chaque détails, chaque bâtiment que tu renfermes vaut la peine d’être visité.

DSC_1336

Poursuivre la lecture de « A la rencontre de Turin »

Jolie jolie Normandie

DSC_0743

Mon mois de juillet s’est teinté de douceur dès mon arrivée en Normandie. J’ai eu la chance de retrouver cette région sous le soleil et j’ai pu l’apprécier à sa juste valeur. J’ai ainsi découvert: Trouville et sa lumière hors du commun, berceau de nombreux écrits de Marguerite Duras, Deauville et ses fameuses planches et Honfleur que j’avais déjà rencontré il y a deux ans en compagnie de mon amie Anne .

Poursuivre la lecture de « Jolie jolie Normandie »

Trois jours à Lille (+LRVC #6)

Il y a un peu moins de deux semaines, je partais à l’aventure. Direction  Lille pour rendre visite à deux amis qui étudient là bas. Ils m’ont merveilleusement bien accueilli et hébergé et je n’ai malheureusement pas pu profiter suffisamment d’eux car nous étions en semaine et je ne les voyais qu’à partir de la fin d’après midi. Ca n’empêche que j’ai passé un séjour tout bonnement génial, et je tenais à en partager une partie avec vous.

C‘était la toute première fois que je « m’offrais » à proprement parlé un voyage. J’ai profité de l’arrivée de mon premier salaire pour réserver mes billets de trains. Je pouvais me permettre d’être autonome au sein d’une ville que je ne connaissais pas. C’est une sensation grisante, croyez moi! Bon évidemment, je n’étais pas non plus lâchée en pleine nature sans aucune informations, mes deux amis m’ont beaucoup guidés et conseillés tout du long. En somme, ils m’ont expliqués tout ce que je devais savoir avant mon arrivée. Une fois là bas, j’étais comme chez moi.

Le mercredi midi, j’ai mis pour la seconde fois de ma vie les pieds à Lille. J’avais rendez-vous avec mon amie à 16h. Cela m’a donc laissé avec un plus de trois heures à tuer avant de la retrouver. A peine sortie du train, j’ai sauté dans le métro (après avoir au préalable acheté un ticket valable 72h à une borne) et suis descendue à république. – Soit dit en passant, le métro Lillois m’a semblé tout petit à côté de celui que j’ai l’habitude d’empreinter à Paris. – Il est difficile pour moi de vous décrire la joie qui m’a accaparée une fois que je suis arrivée sur la place, devant la grande fontaine, face au palais des beaux arts (où j’étais sur le point de me rendre suite aux conseils de mon amie). Il y avait le soleil, la douceur des températures, la fontaine qui m’a semblé magnifique. Ces trois éléments réunis sont venus marquer pour moi un point d’ancrage énorme. Je suis parvenue à organiser un voyage, à le financer par moi-même, et tout ça sans le moindre soucis. A cet instant, je goutais aux sentiments d’autosatisfaction et de liberté complète. Je me sentais bien et heureuse, tout simplement.

Après avoir prévenue ma maman de mon arrivée, je me suis directement dirigée vers le palais des beaux arts ou j’ai pu profiter de l’exposition « Joie de vivre » quelques jours avant sa date de clôture. Les trois heures je les ai passé au sein des allées de l’expositions. Elle abritait tableaux, sculptures et photographies et, accompagnée d’un audioguide, j’ai pu profiter presque pleinement de l’ambiance de chacune des œuvres. Je dis presque car il y avait malheureusement beaucoup de monde le jour de ma visite, cela a un peu entaché mon plaisir (je déteste la foule dans les musées). Le thème était parfaitement bien développé: l’amour, la joie, le repos, le rire, l’amitié, l’enfance et de nombreux autres sujets se confondaient au sein de petites boites d’espaces que nous, visiteurs, pouvions parcourir dans l’ordre souhaité. Chaque œuvre que j’ai rencontré m’a offert un peu de bonheur, c’est difficile de décrire un sentiment avec des mots mais je me sentais bien dans cet endroit et j’aurais pu y rester beaucoup plus longtemps s’il n’y avait pas eu tant de monde. Une fois sortie, je retrouvais mon amie à un arrêt de bus. Cela faisait si longtemps que nous prévoyions ce voyage que nous étions toutes deux complétement folle de joie à l’idée de le voir enfin devenir réalité. En toute fin d’après-midi, elle m’a amené à Rihour (quartier où il y a de nombreux restaurants et magasins, ainsi que la fameuse grande roue!). Là bas, nous nous sommes rendues chez un perceur/tatoueur pour qu’enfin elle puisse faire le piercing de ses rêves et que moi-même je puisse me faire percer l’oreille; plus précisément l‘hélix (Cela faisait deux ans que j’y réfléchissait, j’en parlais déjà ici)!! Je vous parlerais de ce piercing dans quelques temps (dès que j’aurais bien avancée dans la cicatrisation).

DSC_0064DSC_0053DSC_0005DSC_0043DSC_0052DSC_0050DSC_0060

J‘avoue ne pas avoir fait grand chose de ma matinée du jeudi: j’ai pris le métro et me suis baladée dans la rue piétonne. A midi je suis retournée à l’appartement pour manger avec mes amis. L’après midi, je me suis rendue au Tripostal, voir une exposition au titre aguicheur: « Renaissance ». Cette exposition a également prit fin peu après mon séjour. J’ai littéralement passé quatre heures entière dans ce bâtiment, l’exposition m’a transporté. Là bas, j’étais ailleurs. il n’y avait pas trop de monde, il y avait des dizaines de choses à voir, à entendre. Il y avait de tout, de la photo, des sculptures, des videos, des peintures, des mises en scènes, des enregistrements audio, des œuvres participatives. Cette exposition était immense et je l’ai adoré. J’aurais aimé la visiter une seconde fois tellement j’ai l’impression de ne pas avoir pu tout voir. De nombreuses cultures étaient représentées, de nombreux thèmes étaient abordés. Le bonheur se mêlait à la culture Asiatique. L’évolution d’un être se mélangeait à l’évolution naturelle. Il y avait de tout, pour ma plus grande joie. J’ai adorée me perdre dans les grandes allées de cette salle, je ne m’attendais à rien en me rendant là bas et j’ai été surprise par tout.

Le soir, j’ai retrouvé mes deux amis qui m’ont présentés à leurs amis de là bas. Après avoir mangé les meilleures pizzas de la ville (ce n’est pas moi qui l’ai dit!) nous sommes sortis dans Lille et il a neigé! C’était la première fois de cet hiver que je voyais la neige, c’était trop cool! La soirée en elle-même était géniale.

J‘ai passé mon vendredi à arpenter les rues de Lille, jusqu’à me perdre (heureusement que je suis tombée sur une navette qui m’a ramené dans le centre ville). J’ai adoré flâner dans les rues et il faut avouer que j’ai eu beaucoup de chance au niveau de la météo car j’ai très peu été confrontée à la pluie! A midi, je me suis arrêtée dans un restaurant rétro ou j’ai vraiment bien mangé. Je me la suis jouée à la Mia Wallace (cf Pulp Fiction) en commandant un milkshake en même temps que mon plat. Le milkshake Banane est à tomber par terre! L’après midi, je me suis rendue à Euralille avec mon amie mais je n’ai pas trouvé grand chose. Heureusement d’ailleurs car mon sac de voyage était déjà au bord de l’implosion!

Le samedi matin sonnait l’heure des aurevoirs, ce séjour m’a permis de découvrir Lille autrement. J’étais certes seule la journée, mais ça ne m’a jamais dérangée car j’avais mille choses à faire et à voir. De plus, j’ai pu profité de mes amis autant que je pouvais et chaque moment passé avec eux était parfait.  Cette ville est magnifique dans son architecture, les gens sont adorables et j’ai pu séjourner chez les deux personnes les plus géniales du monde. Je garderais ce séjour longtemps dans mon cœur, c’était important pour moi d’en laisser une trace ici.

DSC_0065DSC_0073CSC_0199DSC_0111DSC_0116DSC_0115DSC_0117DSC_0124DSC_0131DSC_0152DSC_0164DSC_0165

 De ce séjour, j’ai tout de même ramené quelques bricoles. J’ai découvert, grâce à mes copains, une boutiques nommée « Le comptoir des confitures » qui vend des confitures artisanales a tout, et elles sont excellentes! Il y a également une boutique à Paris et si l’occasion se présente je retournerais y faire un tour sans la moindre hésitation! L’exposition du Tripostal abritait une œuvre participative dans laquelle de nombreux artistes et Lillois présentaient le livre qui les rendait heureux, le livre qui a changé leur vie. Une passante a déposé son livre et a collé un post-it dessus nous expliquant pourquoi se livre change sa vie tous les jours. En sortant, je me suis rendue dans une petite libraire, et j’ai acheté ce fameux bouquin: L’attrape cœur. Finalement, à Euralille, je me suis dégotée un adorable ras de cou dans la boutique Six.

Et toi, as-tu déjà été à Lille? Raconte!

Cet article change de ce que j’ai l’habitude de produire mais je désirais à tout prix laisser une trace de mon séjour quelque part, pour pouvoir m’en souvenir. Quoi de mieux que tout écrire ici, pour partager en même temps avec vous ce que j’ai vécu? J’ai également tourné un court vlog pour compléter cet article, vous pouvez aller le voir ICI, si le cœur vous en dit!

Je vous laisse avec cette jolie vue des toits Lillois.

Des bisous enneigés,

0000000000000000000000000000000000000000

DSC_0068

Kaléidoscope de cet été

CSC_0058 - Copie

Partir de chez soi pendant un mois. Laisser en plan son quotidien. Se laisser guider. Ne pas avoir le temps de dire au revoir à ceux qui partent pour longtemps. Pensez à eux souvent. Prendre le train sur des strapontins et regarder défiler les paysages. St jean de Luz. Maman a tout organisé. Le petit appartement, les glaces le soir et la musique qui anime les trottoirs. L’Océan. Et la semaine qui défile à toute vitesse. le coucher de soleil sur le bord de mer. Biarritz. A peine le temps d’un souffle. La longue ballade jusqu’au rocher de la vierge. Le musée de la mer. Les boutiques et la crêpe avant de rentrer en train. Le sable chaud, les sandwichs mangés sur le pouce. La petite librairie. Et l’appareil photo, toujours autour du cou.

DSC_0008 - CopieDSC_0047DSC_0084DSC_0062 DSC_0152 DSC_0140

DSC_0125 - Copie

Les aurevoirs difficiles. Toulouse. Un mois avec la famille paternelle. Les cousins turbulents. Les chats. Les livres lus et les bons petits plats. Le grand départ. Les haltes en Espagne. Lugo. L’arrivée à Caminha, au Portugal. Le petit restaurant sur la place. Les baignades dans la piscine. Le soleil brulant et l’eau glacée. Les parties de Pingpong. Les tomates à la provençales et les discussions tard le soir. Une journée à la plage. Le coup de soleil dans le dos. La sangria. La gentillesse des Portugais. Porto. L’incendie bien trop proche. La seconde maison dans les montagnes et les cendres qui tombent du ciel. La pluie. La visite du bateau Hôpital. Le livre compliqué enfin achevé. Saint Jacques de Compostelle. Les trois jours de repos, à Toulouse à nouveau. Les jolies rencontres. Les promenades indépendantes et les Tapas entre amis. Et parfois encore, l’appareil photo autour du cou.

CSC_0185DSC_0234DSC_0239DSC_0471DSC_0487CSC_0582 - CopieDSC_0242DSC_0439   DSC_0455DSC_0533

Après cet été de globe trotteuse, je suis heureuse d’avoir retrouver mon chez-moi!  En ce moment tout va très vite dans ma vie. Je dis peu à peu aurevoir à tous mes amis du lycée. Ils s’en vont tous au quatre coins de la France et de l’Europe,  ( j’ai même une amie qui est en ce moment au Canada!!) tout en préparant ma propre rentrée en fac qui arrive à grand pas. Autrement dit, je risque certainement de connaitre de nouveaux de nombreux changements dans ma vie!!

Quoi qu’il en soit, écrire ces mots me réchauffent le cœur car ils signent mon retour sur la blogosphère. J’ai pas mal de choses à vous montrer et il a été difficile de sélectionner les photos qui illustrent aujourd’hui mes propos. J’ai essayé de trouver les bons mots pour partager avec vous ces fragments d’instants que j’ai vécu cet été. Et j’espère avoir réussi à vous emmener un peu avec moi.

Et toi, décris moi ton été en dix mots !

Des bisous salés,

0000000000000000000000000000000000000000