« Au-delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky »

Voilà plusieurs mois que je n’ai pas reporté ici mes sorties culturelles et je dois l’avouer, ça commençait à me manquer! Il y a deux semaines, je me suis rendue au musée d’Orsay avec deux copines de fac, dans le but de découvrir les sculptures de Degas, pour un dossier monographique que je devais réaliser sur cet artiste. L’enjeu étant de s’intéresser de plus près à ses sculptures, ça aurait été dommage d’en parler sans les voir.

Visiter le musée d’Orsay était également un prétexte pour découvrir l’exposition temporaire qui s’y déroule actuellement, et jusque fin juin:

 Au delà des étoiles. Le paysage mystique de Monet à Kandinsky. 

IMG_6362

Les œuvres choisies sont merveilleuses, l’éclairage est bon et j’ai été frappé par plusieurs toiles, ce qui n’arrive pas si souvent, particulièrement quand les expos ne gravitent qu’autour de peintures. Le visiteur est, salle à salle, guidé vers un univers de plus en plus onirique et on se surprend à parcourir les différentes thématiques dans un silence contemplatif qui me plait beaucoup. Une forme d’aura magique gravite autour des toiles et nous découvrons plusieurs visions du sujet de « mystique », selon plusieurs pays différents.

Pour éviter la foule, nous nous sommes rendues à l’exposition à treize heures et ça a plutôt bien fonctionné! Les visiteurs arrivent en masse entre 14h et 16h. Si vous voulez profiter d’une visite à peu près calme, privilégiez toujours la semaine et les heures creuses du matin ou du midi. ( A noter également que l’entrée au musée d’Orsay, comme le Louvre et la plupart des musées nationaux, est gratuite pour les personnes âgées de moins de 26 ans. Autrement elle coûte une quinzaine d’euros, il me semble ).

IMG_6244
Détails de L’Amour aux sources de la vie, Giovanni Segantini ( 1896, Milan )

 J‘ai aimé cette expo. Particulièrement pour ses parties sur la nuit et l’espace.

Vous commencez à me connaitre, et sans doute à vous apercevoir que je porte une attention particulière vis à vis de ces sujets qui me touchent. Alors évidemment, dès que j’ai vu que plusieurs salles de l’expo étaient dédiées à la nuit, j’étais sur un petit nuage! Et je n’ai pas été déçue. C’est véritablement la partie que j’ai préféré! Toute une salle est animée par de la musique et j’étais complètement transportée. J’ai eu l’impression, pendant quelques minutes, d’entrer dans chaque toile et d’accéder à tous les univers qu’elles proposent. C’est assez incroyable quand on y pense: que la peinture, si statique et fixe, puisse avoir un tel impact sur nos ressentis.

L‘éclairage des salles est très tamisé, de sorte à mettre en avant au mieux les toiles sans qu’il n’y ai de reflets indésirables. Ainsi prendre de jolies photos était un peu compliqué, d’autant que je n’avais pas mon appareil-photos sous la main. Dès lors, si vous aimez la peinture, et particulièrement l’impressionnisme et le post impressionnisme, je ne peux que vous inciter vivement à aller découvrir tout ça par vous-mêmes !

Détails: Le Rêve, Pierre Puvis De Chavannes ( 1883, Paris )

A très vite!

signature

A la mi nuit, douce nuit ( 1 )

DSC_0773

Elle fait des pointes sur le parquet, elle n’ose faire un bruit. Il est minuit. A la mi-nuit la lune est déjà haute, elle a entamé sa course inlassable et quotidienne.

A la mi-nuit la ville bouillonne encore au dehors. Elle s’oppose au calme qui règne entre les murs de cet intérieur.

Attentive, elle entend les moteurs des voitures et le tremblement du métro. Les réverbères viennent réchauffer les rues encore trop froides du mois de mars. Elle s’assied, se dit qu’elle est chanceuse de vivre au dernier étage de ce bâtiment. Là, personne ne l’y voit et pourtant elle, elle n’a qu’à se pencher par la fenêtre pour accéder à tout un monde. Depuis celle-ci, la lune la regarde et elle, observe Paris battre une dernière fois la chamade avant de s’endormir pour de bon. Elle perçoit les gens vivre dans les immeubles d’en face. Les lumières s’éteignent progressivement et c’est quand Paris s’endort qu’elle commence à rêver.

Poursuivre la lecture de « A la mi nuit, douce nuit ( 1 ) »

La Normandie et une frange

Respirer.

Il m’aura fallu trois jours pour à nouveau inspirer à pleins poumons. Nous sommes parties en Normandie pour nous reposer. Nous avions besoin de respirer, simplement. Nous désirions changer d’air, nécessairement. Et voilà qu’en arrivant sur place je n’ai pas eu le bonheur de retrouver l’odeur des embruns et du sel marin. Mon odorat était comme bloqué par le stress et la pollution Parisienne. Je ne sentais rien. Comme si j’avais cesser de respirer.

Poursuivre la lecture de « La Normandie et une frange »

Une nouvelle page pour notre histoire

blog2

En 2013, j’écrivais ici pour la toute première fois. Je n’avais pas de ligne éditoriale précise en tête, pas vraiment d’idées mais seulement l’envie d’écrire quelque part.  Ecrire quelque chose, n’importe quoi. Alors j’ai choisi les thèmes qui me touchaient le plus à l’époque: la mode et la beauté. Mais était-ce vraiment moi?

Poursuivre la lecture de « Une nouvelle page pour notre histoire »

Deux mille seize

2016

Deux mille seize, ne le prend pas mal, mais je suis contente d’en avoir fini avec toi. Pas que tu ai été si dure mais il faut bien l’avouer, tu nous en auras fait voir de toutes les couleurs. Avant de vraiment me jeter dans les bras de ta petite sœur, je crois que j’ai besoin d’un retour en arrière. J’avais quitté 2015 avec une jolie rétrospective qui m’avait permis d’y voir un peu plus claire, de poser mon mouchoir sur ce que j’avais pu vivre. Aujourd’hui il est temps pour moi d’accomplir le clap de fin sur les 365 jours que tu nous auras offert.

Janvier, il y a un an presque exactement, je partais pour la première fois dans une escapade que j’organisais seule. Alors que je sortais tout juste de mes partiels, je décidais de rendre visite à mes deux super copains, en coloc, à Lille. Trois journées à Lille qui m’ont permis de me poser face à moi-même et de réfléchir à quel sens j’avais envie de donner à la suite de mon année. En février, je redécouvrais le parc DisneyLand. Le temps de quelques heures j’ai retrouvé mes 7 ans, surtout que j’ai rencontré Donald en chair et en plumes. Mars était bien moins sympathique, et les mois qui ont suivis furent plus monotones. Je prenais une décision qui chamboulait tout le quotidien dans lequel je baignais depuis des années. C’est à ce moment là que je décidais de couper mes cheveux. Les mois qui ont suivis se sont noyés dans l’humeur tristoune dans laquelle je me suis enfermée. Je n’ai pas eu envie de grand chose et j’ai attendu l’arrivée du printemps comme on attend un messie. Les mois ont continué de défiler mais je restais toujours dans ce flottement sombre. J’ai mis beaucoup de temps à sortir de ma torpeur, il m’a fallu beaucoup de temps pour redevenir moi-même. Et je crois bien que je me suis manquée. Heureusement, l’été et le soleil sont enfin arrivés et j’ai recommencé à respirer. J’ai rouvert les yeux. Je suis allée à Versailles pour voir le plus joli feux d’artifice auquel j’ai pu assister. J’ai enchaîné avec mon job d’été à pleins temps puis je me suis enfuie. En Normandie d’abord, puis à Turin avec ma meilleure amie. Mon été s’est achevé au cœur de Venise. L’Italie a ranimé la Jeanne qui s’était essoufflée. Vous pouvez à peine imaginer comme cette longue coupure a été régénératrice pour moi. En septembre les choses sont allées très vite. J’ai repris goûts pour les sorties culturelles, j’ai revue la douce Tram Anh, j’ai repris les cours et l’optique d’un possible emménagement à Paris est devenue de plus en plus nette. En octobre, j’ai eu la chance de partir en escapade à Londres avec ma mère et ma sœur. A la mi-novembre je faisais déjà mes cartons pour vivre bel et bien dans une colocation. Vivre plus proche de ma fac était devenue une nécessité. Je revivais la même saturation que les mois passés. Pour fêter ça ma colocataire m’a offert pour mes 19 ans une place de concert pour aller écouter Ben Mazué. Et c’était génial. Décembre aura surtout rimé avec la panique des devoirs à rendre pour la fac et la douceur de la période de noël.

Finalement  2016 aura été une année qui aura bouleversé énormément d’éléments de ma vie. Je ne garde pas de toi un bilan négatif, j’ai envie de garder le doux souvenir de mes escapades estivales et la lumière réconfortante du lever du soleil sur l’Italie.

Les choses ont évolué et je pense que, chaque année, je sors un peu plus grandis de tout ce que je peux vivre. Ce blog évolue avec moi et, plus le temps passe, plus je suis heureuse de pouvoir vous écrire ici. J’ai envie de créer un univers toujours plus grand, que ce blog deviennent une parenthèse de lumière lunaire. Et j’essaie tant bien que mal de sortir des echo’rces de ce blog la plus douce des poésies.

Merci d’être là pour me lire, 2017 nous réserve de jolies choses..

A très bientôt,

signature

Deux journées à Londres

Partir à Londres.

dsc_0103

Nous étions portées par ce besoin irrésistible de changer d’air, de ne pas rester statiques. Se perdre dans la ville à la fin de l’automne. Arpenter les rues depuis Oxford street jusque Notting Hill, en passant par Buckingham Palace et Soho. Découvrir Londres à pieds, en oublier sa montre et suivre simplement ses intuitions. Nous avons la fâcheuse tendance à partir sans rien prévoir, ainsi nous avons décidé de nos visites au jour le jour. Le temps était doux, il n’y avait pas tant de monde, nous étions bien.

Poursuivre la lecture de « Deux journées à Londres »

mémoire d’un dimanche après-midi

dsc_0367

Le mois de décembre est entamé. Comme à mon habitude j’ai toujours un wagon de retard. Deux ( mois ) pour être exacte. Deux mois c’est peu et c’est immensément long à la fois. Ce n’est pas l’inspiration qui me manque mais plutôt le temps. C’est derrière lui que je ne cesse jamais de courir. Il me glisse entre les doigts, gravite six mètres au dessus de ma tête et me nargue sournoisement à quatre heures du matin, quand j’essaie tant bien que mal de finir un dossier à rendre pour le lendemain. La semaine dernière était un enfer. Ce soir, la tempête s’est calmée, je peux enfin m’asseoir et laisser à nouveau mes doigts vibrer sur le clavier pour vous déposer ces quelques mots. Il faut vraiment que j’apprenne à mieux organiser mon temps. Je suis épuisée de cette course permanente contre la montre qui m’empêche de faire tout ce que j’aimerais.

Poursuivre la lecture de « mémoire d’un dimanche après-midi »

Tout en haut du monde avec Tram Anh

dsc_0596

Surplombant Paris de toute sa hauteur et jetant sur elle un regard maternel, Montmartre se mérite. Il aura fallu monter des marches par dizaines pour en apprécier le panorama et embrasser la ville d’un regard nouveau. On s’élève au delà des immeubles et le jeu en vaut la chandelle.

Poursuivre la lecture de « Tout en haut du monde avec Tram Anh »

Cet été indien

csc_0084

J‘aime toutes les saisons. Chacune apporte son grain de sel à notre année. Elles arrivent à leur rythme et pausent, plus ou moins vite, leurs bagages. Mais ce que je préfère par dessus tout, c’est quand elles s’assemblent pour former une salade mixe de couleurs, d’odeurs et d’ambiances. Comme l’automne, lorsqu’il se vêt de son été indien. C’est ce moment de l’année où il fait encore bon l’après-midi mais où les feuilles se colorent discrètement une à une; où l’on peut recommencer à porter des vestes et des écharpes, mais garder un pull fin en dessous. C’est lorsqu’on peut boire un « pumpkin spice latte » tout en travaillant notre exposé dans un parc, au soleil. J’aime l’été et bien plus l’automne. Mais c’est encore mieux lorsqu’ils se croisent comme ils le font si souvent à cette période de l’année. Je crois que finalement, ma saison préférée, c’est cet entre-deux un peu indécis, ce mélange inattendu qui nous permet d’entrer doucement en hiver.

Voici mon dernier look estival de 2016, photographié au tout début de septembre: période où nous pouvions encore nous permettre de sortir sans veste, avec des chaussures ouvertes. La douceur était incroyable pour une fin de saison, comme si le temps venait s’excuser du triste printemps qu’il nous a offert en le compensant par un doux début d’automne.  Je portais ma jupe midi jaune shoppée sur Zalando que j’ai adoré et que je porterais avec joie cet automne ( dès que je trouverais comment et avec quoi ).

Les arbres n’étaient pas encore bruns comme aujourd’hui mais j’affectionne ces photos. Nous avons joué avec les réglages de mon appareil, nous avons fait des tests pour la lumière. Elles sont un peu « prototypes » mais elles témoignent d’une jolie petite ballade dans laquelle nous nous étions lancée, le temps d’un après midi ensoleillé. Je suis, comme à mon habitude, un peu en retard vis à vis du temps environnant. Mais il n’est jamais trop tard alors je vous laisse avec ces quelques photos, synonymes peut être de la fin de l’été mais annonciatrices, j’espère, d’un plus bel automne encore.

dsc_0899dsc_00700


Haut:/ ; Jupe: Mint&Berry ; Chaussures: André ; Collier: Forever21


dsc_1031dsc_00708dsc_00705dsc_00704dsc_100714

dsc_00703

Et toi, quelle est ta saison favorite?

Je vous souhaite une belle fin de semaine,

tendrement vôtre,

signature

dsc_00710

En robes à Venise

Cet été, mes voyages ne se seront vêtus que de robes.

J‘ai ressentie une telle frustration tout du long du printemps que chaque rayon de soleil était prétexte pour enfiler une robe. Il a tant plut que j’ai bien cru qu’elles resteraient cette année au placard. Alors quand j’ai su que je partais en Italie, je n’ai mis que des robes dans ma valise. Toujours avec mes petites paires de baskets, j’étais à l’aise et pouvais marcher toute la journée sans vaciller une seconde! Venise était l’occasion de shooter des looks, mais comme j’ai pris beaucoup de retard dans mes publications, j’ai décidé de vous faire un micro « lookbook » Vénitien.

Poursuivre la lecture de « En robes à Venise »